Défiscaliser, les complications à prévoir

Investir dans l’immobilier peut avoir de nombreux avantages. Notamment, vous pouvez assurer le retour sur votre investissement, des rendements conséquents et rapides, et ce peut être pour plusieurs années. À cela s’ajoutent les dispositifs de défiscalisation divers et variés. Mais avant de vous lancer, informez-vous bien sur les différentes complications à prévoir. Le point.

 

Les frais déductibles

Contrairement aux idées reçues, tous les frais ne sont pas déductibles. Tel est le cas entre autres des frais de notaires que vous devez régler de vos poches en tant qu’acheteur. Ces frais se négocient actuellement entre 7 à 8 % du prix total du bien. Tout dépend de si vous avez opté pour un immeuble neuf ou une ancienne construction qui coutera plus cher.

Autres frais non déductibles peuvent être les frais de travaux s’il s’agit de simple projet esthétique. Par contre, les projets de rénovation écologique peuvent profiter de crédit d’impôt. Une liste bien précise est proposée en ligne : isolation, amélioration du chauffage, amélioration du DPE de la maison, etc.

 

Les plafonds de déduction fiscale à respecter

Les plafonds de déduction fiscale varient en fonction des dispositifs de défiscalisation que vous aurez choisi et pour lesquels vous serez éligibles. Mais en moyenne, on parle d’un abattement de 30 000 euros sur un capital initial de 300 000 euros, et ce, pour des placements locatifs de 6 à 12 ans.

Les plafonds varient non seulement en fonction de la valeur du bien immobilier à défiscaliser, mais également de la hauteur de vos participations sociales initiales. IL faut tout de même que vous versiez chaque année une partie de vos revenus au FISC. Ce qui explique cette différence.

Les plafonds des abattements varient également selon que vous ayez ou non profiter d’autres dispositifs de défiscalisation en plus des placements immobiliers. Chaque avantage fiscal devra être pris en compte et noter dans vos déclarations.

 

Les démarches de déclaration fiscale

Le plus compliqué reste surtout l’établissement des démarches de déclaration fiscale. En effet, les calculs ne sont pas toujours à la portée des simples particuliers. En plus, les abattements varient en fonction de votre assiette fiscale et peuvent s’étaler sur plusieurs années. Et pourtant, la moindre erreur dans vos déclarations annuelles vous expose à des sanctions lourdes de conséquences.

Pour éviter justement tout malentendu en la matière, les ménages belges préfèrent se tourner vers un cabinet comptable en Belgique, visitez le site pour en savoir plus. Expert dans ce domaine, ce genre de prestataire propose un accompagnement sur mesure et de qualité, et ce, chaque année à plusieurs particuliers. Il vous suffit de donner toutes les informations financières vous concernant et concernant le ménage à votre cabinet comptable pour ce faire.

Le concours d’un expert comptable est d’autant plus nécessaire que l’établissement d’une déclaration fiscale annuelle est limité dans le temps. C’est valable aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Il est préférable de se lancer immédiatement dans le remplissage des formulaires adéquats dès leur réception. En cas de changement d’adresse, vous pouvez demander à domicilier votre formulaire chez votre comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *