Le galeriste, un nouveau type de mécénat ?

Le besoin des artistes

Aujourd’hui, on peut dire, en quelque sorte, que les galeristes ont remplacé les mécènes. Selon certains artistes, exercer cette profession, cette passion est aujourd’hui très difficile. Si vous n’avez pas le soutien d’un galeriste, vous n’allez nulle part. Beaucoup de personnes, des rêves plein la tête, se lèvent un matin et pensent devenir artistes. Ces personnes commencent alors un long et fastidieux travail, avant de se rendre chez un galeriste en espérant que celui-ci puisse acheter leur œuvre à un prix convenable.

En réalité, produire des œuvres ne suffit pas, il faut une technique et un professionnalisme acquis au fil du temps. La bonne volonté et la passion ne sont pas suffisantes, souvent les artistes investissent beaucoup de temps et d’argent pour bâtir une œuvre. Parfois toutes leurs économies personnelles peuvent y passer, selon Pascal Robaglia. Tout artiste souhaite pouvoir vivre de son art.


Le rôle des galeristes

Les galeristes sont des professionnels diplômés qui possèdent une grande expertise dans le domaine de l’art. Au sein de leur galerie d’art, leur travail est d’étudier et d’analyser tout ce qui leur est présenté. Leurs galeries sont des espaces qui accueillent des expositions payantes ou gratuites dans le but de promouvoir et de vendre les œuvres des artistes qu’ils protègent. Ces expositions sont pour eux un moyen de suivre les nouvelles tendances et de satisfaire au besoin de se maintenir informé des courants artistiques émergents. Grâce à leur capacité en terme de dialectique et à leur aptitudes à nouer des relations interpersonnelles, les galeristes permettent aux artistes de vivre de leur art. Grâce au galeriste, un artiste à succès ou même un simple novice peut exposer son travail au public.

Plusieurs types de galeristes

Ils existent plusieurs types de galeristes. Aussi, il ne faut pas se fier aux apparences et se renseigner sur la personne avec laquelle on souhaite collaborer. Certains se présentent en costume élégant. D’apparence froide et distante, ils sont munis d’un ordinateur portable et d’une calculatrice. D’autres, au contraire, semblent jouer de leur séduction et manquent d’honnêteté. Les artistes doivent donc savoir défendre leurs intérêts et éviter de se faire berner.

Il existe chez les artistes, nous dit Pascal Robaglia, un désir de reconnaissance et une vraie volonté de voir leur travail récompensé. Tandis que de l’autre côté, peut se trouver un galeriste dont le but principal est de faire des profits. Ce qui devrait unir les deux personnes, c’est la sensibilité artistique, mais souvent quelques galeristes peuvent manquer de cette qualité. Avec le temps, nous dit Pascal Robaglia, cela peut créer un décalage, de la distance et de l’incompréhension entre l’artiste et le galeriste. En fait, dans certains cas, le galeriste se trouve à évaluer une œuvre en fonction des côtes du marché. Tous n’essaient à chaque moment d’investir dans le talent et le côté unique de jeunes artistes. Souhaitant se protéger contre le risque de ne pas parvenir à vendre une œuvre d’art, certaines galeries préfèrent se plier aux besoins et aux  exigences du marché.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *